top of page

CARDINAL ARMAND-GASTON-MAXIMILIEN DE ROHAN

RITUALE ARGENTINENSE

chez Jean-François Le Roux,

Strasbourg, 1742

Rituale Argentinense

Autoritate eminentissimi et serenissimi principis Armandi Gastonis Cardinalis de Rohan, etc.

Argentinae, apud Joannem Franciscum Le Roux, (Strasbourg, Jean-François Le Roux), 1742.

 

 

Format In°4, 26 x 20 cm; (16) ff. + 426 pp + (7) ff.

 

Reliure plein veau granité, dos à 5 nerfs orné de fleurons dorés. Reliure d'époque. Mors inférieur du premier plat fendu sur quelques centimètres, manque de cuir en coiffes, tranche de queue frottée, coins frottés, quelques rayures de surface sur les plats. Très bon état par ailleurs.

 

Page de titre portant des notes et ex-libris manuscrits. Quelques claires rousseurs et brunissures marginales. Excellent état intérieur par ailleurs, intérieur très frais.

 

Belle illustration, composée de deux gravures hors-texte à pleine page d'arbres généalogiques (sculptées par Argent et gravées par Striedbeck), de bandeaux (Striedbeck/ Argent, d'après Parrocel), lettrines et culs de lampe.

 

Texte en latin, parfois en français et allemand (texte alors imprimé sur deux colonnes), quelques partitions de musique.

 

 

 

 

Le Rituale Argentinense, ou grand rituel de Strasbourg, est un ouvrage liturgique, destiné à l'usage des prêtres. Il contient l'ensemble des pratiques liturgiques du culte catholique : cérémonies, sacrements, mais aussi bénédictions, funérailles, ou encore exorcismes, avec la manière de les faire (exorcisme d'une personne possédée, exorcisme d'une maison infestée d'esprits, etc).

 

Le Rituale Argentinense est un variant du ''Rituale Romanum'', promulgué en 1614 par le Pape Paul V Borghèse.

 

C'est dans ce dernier ouvrage que la partie consacrée aux exorcismes fut ajoutée par le Pape Paul V, alors qu'elle manquait aux ouvrages liturgiques de référence précédents.

 

Cet ajout se justifiait par la contexte social de l'époque : en 1614, la réalité de la possession et l'existence des démons est alors admise par l'ensemble de la population, et la littérature consacrée aux thèmes de démonologie, d'exorcisme et de sorcellerie est déjà importante : Lavater, Le Loyer, Boguet, Bodin, de Lancre, Thyraeus, d'Anania et leurs ouvrages consacrés à l'étude des démons, du surnaturel et des apparitions, ou encore les traités d'exorcismes de Valerio Polidoro et Girolamo Menghi.

 

Par ailleurs, dans un contexte de tensions religieuses, les opinions protestantes, réfutant la légitimité de certains rites catholiques, considéraient la possession comme un mythe et la pratique de l'exorcisme comme une superstition.

 

Il était nécessaire pour l’Église Romaine de prouver l'importance et la nécessité de l'exorcisme face à l'existence d'un surnaturel démoniaque, mais aussi de se prémunir contre toute accusation de pratiques fantaisistes ou superstitieuses, en instaurant un rituel strict et réglementé, apprenant notamment au prêtre à reconnaître les vrais cas de possession.

 

 

D'autre part, si la ville de Strasbourg est occupée par les troupes françaises dès 1681, elle n'est annexée au Royaume de France qu'en 1697. La région est encore très marquée par le protestantisme et la culture germanique (la cathédrale de Strasbourg était dévolue au culte protestant depuis 1527, et jusqu'en 1681).

 

La volonté par Louis XIV d'imposer à Strasbourg un haut dignitaire catholique pour le contrôle de l'évêché est avant tout un acte politique, appuyé par le Pape Innocent XII. Armand-Gaston-Maximilien, prince de Rohan, devient évêque de Strasbourg en 1704, avec pour mission de franciser l'Alsace, et d'y renforcer l'influence catholique. Il est fait Cardinal en 1712 par le Pape Clément XI.

 

Publié en 1742, l'usage exclusif du Rituale Argentinense est ordonné par le Cardinal de Rohan sur le territoire alsacien dès 1743.

 

 

Bel exemplaire.

300 €

bottom of page